ABDELKADER MANA statistiques du blog google analytic https://www.atinternet-solutions.com.

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2015

Un film sur les Gnaoua

 Triste fin de journée que ce dimanche 2 août 2015 où Essaouira et le Maroc ont perdu un immense  musicien avrc la disparition de maâlem Mahmoud Guinéa. Il nous a reçu il y a cinq ans de cela, jour pour jour, Dimanche 2 mai 2010; pour le tournage d'un film documentaire diffusé ensuite par la chaîne Franco-Allemade ARTE...
tournage.JPG

GNAWA Body and Soul

bon.JPG

Film de Frank Cassenty pour "Arté"

film.JPG
Frank Cassenti chez Mahmoud Guinéa à Essaouira, fin avril-début mai 2010
La société Oléo film s'est crée autour de Frank Cassenti, cinéasre et musicien, né à Rabat, pour produire des films dans l'enthousiasme: "Face à la morosité, explique-t-il, nous avons été sur tous les fronts pour faire partager notre désire de musique à travers un regard particulier, emprunt d'amour et de respect.Notre approche consiste à faire connaître de grands artiste dont nous voulons garder des traces." La musique Gnaoua connait aujourd'hui un grand engouement grâce au festival d'Essaouira qui leur dédié chaque année et où des stars internationales les accompagnent sous les feux des sunlights. Le projet de Frank Cassenti est tout autre; il nous invite à pénétrer dans l'intimité des musiciens Gnaoua pour nous faire partager toutes les significations de cette musique en remontant aux origines de ses descendants d'esclaves de l'Afrique subsaharienne.
jérémy.JPG
Le cameraman de l'équipe porte le beau prénom biblique de Jeremy
Le tournage  de la "lila" , nuit rituelle des Gnaoua a lieu au domicile même de maâlem Mahmoud Guinéa, ce qui est en soit exceptionnel puisque le musicien a plutôt l'habitude d'effectuer des musicothérapies domicilières dans les maisons de la clientèle qui font appel à ses services. Mais là pour le tournage de ce films qui sera diffusé par la chaîne Franco- Allemande d'Arté, il a accepté que la lila se déroule dans sa nouvelle maison extra-muros: les Guinéa habitaient jadis au coeur de la médina à Derb Laâlouj - maison transformée depuis en Riad somptueux pour accueillir les touristes fortune, ce qu'on appele communément "Maison d'hôtes" - où j'avais moi-même effectué le tournage pour mon documentaire "le port de Tombouctou" de la série "La musique dans la vie" que je supervisais pour le compte de la deuxième chaîne marocaine. J'avais alors filmé dans l'ancien maison des Guiné maâlem Boubker( le père de Mahmoud) ,aujourd'hui décédé, confectionnant lui-même un gunbri à base du tronc de figuier, l'arbre sacré dont le bois donne les meilleurs résonnances pour induire la Transe. J'avais aussi filmé une des soeurs de Mahmoud Guinéa avec son autel des Mlouk (esprits) où ces derniers l'aident dans sa voyance médiumnique: on m'apprend aujourd'hui qu'elle est décédée elle aussi , il y a trois ans de cela, après avoir été paralysée par les esprits qu'elle manipulait dans ses séances de voyance qui précèdent généralement l'organisation des nuit rituelles: c'est au cours de ces séances de voyance médiumniques que la "talaâ" (celle qui fait monter les esprits en état modifié de conscience) préscrit aux possédés qui la consultent l'organisation d'une nuit rituelle ou "lila".
 
sandy.JPG
Sandy (en bleu)est un fervent admirateur des Gnaoua et de maâlem Mahmoud en particulier.
L'équipe de tournage, trés légère comprenant Bruno Charier, ingénieur de son qu'on voit au fond, Olivia, la sympathique maisô combien efficace chargée de production, le cameraman Jeremy ( le réalisateur Frank Cassenti fait office du second cameraman). ILs sont accampagnés de Sandy, en bleu à côté de Mahmoud Guiné, un amoureux des Gnaoua auquels il se consacre entièrement désormais en tant que musicien à l'exclusion de toute autre musique. Il est dans une quête spirituelle, une initiation au monde magique des Gnaoua : ces derniers ont maintenant des adeptes en dehors de leur ère culturelle d'origine; de l'autre  côté de la méditerranée. La rive nord de Marnostrum.Double mondialisation des Gnaoua auquels on fait appel pour l'organisation des lila un pau partout à travers le monde (Malika vient d'accompagner son mari Mahmoud Guinéa au Japon) et qui ont maintenant  des adeptes tel Sandy au coeur même de la France profonde...
mouton.JPG
Toute l'équipe du tournage s'est déplacée jusqu'à un lointain village de la journée accompagnée de Malika l'épouse Mahmoud Guinéa pour acheter un bouc noir et un mouton pour le sacrifice qui doit précèder la nuit rituelle: à leur retour un policier a exigé de Frank maints documents en tant que conduicteur, celui ci lui a expliquéqu'onest une équipe de tournage chez Mahmoud Guinéa décoré par le Roi et soutenu par André Azoulay mais il n'a rien voulu entendre: Malika qui comprend les traditions locales en la matière a conseillé au réalisateur de donner un peu de "bakchich" (200 DHS) pour mettre fin à d'inutiles conciliabules pour aller de l'avant dans lke tournage de la "lila"...
mouton2.JPG
J'ai dis à Frank: "Mais la maisonet est trop exigüe pour le tournage?". "A Tamsloht me répondit-il, nous avons effectué des tournages dans un espace encore plus exigüe que celui-ci, au point que le danseur était quasiment collé au musicien. Mais le résultat est probant au niveau de l'image. Nous voulons filmer les Gnaoua dans leur espace authentique sans artifice. Là où les femmes peuvent se servir de la cuisine dont elles sont habituées pour préparer le repas communiel.On a pensé au début à un tournage dans un Riad, mais  si nous avions organisé le tournage dans un beau et immense Riad, on aurait des scènes type "Star Academy", à la fois froides et clinquantes mais qui n'auront pas cette chaleur et cette authenticiuté du domicile même de maâlem Mahmoud et sa famille...
mouton3.JPG
Pour préparer la lila, Frank et son équipe ont accompagné Malika, la femme de maâlem Mahmoud chez un herboriste, pour l'achat des différent encens: "Si vous mettez du benjoint noir à la place du blanc, vous troublerez la transe, explique Malika: les esprit protesteront en plene transe en réclamant le bon bonjoint. Le bonjoint noir c'est pour la cohorte des génies possesseurs noirs. On ne peut pas donc en les invoquant mettre du bonjoint blanc!" Dans les rushs que me montre Frank, on voit l'herboriste emettre des opinions sur la musicothérapie des Gnaoua qui dénote une réelle connaissance de leur rituel. De même parmi les jeunes spectateurs de la lila on découvre des adolescents cappable d'accompagner les chants des Oulad Bombara ou ceux de Sidi Moussa et ses esprits de la mer. A Essaouira le savoir esothérique des Gnaoua est en réalité une culture largement partagé par un public de connaisseurs au delà du cercle étroit des Gnaoua proprement dit: c'est pour cette raison qu'on peut véritablement considérer Essaouira comme la ville des Gnaoua par excellence...Brusquement une musique de transe improvisée par les fils de Malika et de Mahmoud Guiné nous parviennent de l'étage ; Frank Cassendi accourt avec sa caméra légère pour filmer la scène qui se déroule au premier étage à partir de la fenêtre de la pièce à partir du petit couloir qui mène à la cuisine...
f1.JPG
 
A l'intérieur de la pièce Malika danse en état de transe accompagnée musicalement par ses propres enfants: chez les Guinéa on vit en permanence en présence des esprits de l'Afrique et de la transe qu'ils provoque. "Nous vivons avec cette musique de la naissance à la mort , nous expliquera plus tard Malika. Chez nous le tambour et le gunbri se mettent parfois à résonner tout seuls au coeur de la nuit parce qu'ils sont en tant qu'instruments sacrés, hanté par les esprit: tu vois alors les cordes du gunbri bouger tout seuls comme s'ils étaient pincés par une main invisible, celle des esprits possesseurs.
 
t3.JPG
f.JPG
t1.JPG
Malika qui dans en état de transe est elle-même "voyante médiumnique": initialement j'ai proposé à mon ami cassenti d'intégrer la scène de la voyante médiumnique qui fait la liaision à la fois avec le pèlerinage de YTamsloht où elles vont renouveler l'autel des Mlouk et la lila où ses outillages rituels servent pour l'induction de la transe. J'avais proposé que la scène avec la voyanrte médiumnique ait lieu avec la soeur de Mahmopud Guinéa que j'ai connu il y a longtemps. Et c'est là qu'on m'appris qu'elle est morte il y a déjà trois ans de cela et que Malika qui officie également en état de transe peut très bien servir pour la scène de celle qui prédisent en état de transe, en manipulant, des térébratules faussiles, des cauries de la vallée du Nil et des coquillages de ce beau rivage..

t4.JPG
Les Gnaoua c'est d'abord une religion de femme: si les hommes sont mis en avant, en réalité ce sont les femmes qui mènent véritablement la partie en préparant le rituel par des rêves et des prédictions dévinatoire et en sanctifiant les outils rituels de la transe par des pèlerinages à Tamsloht: au cours de la lila, les femmes dela famille Guinéa ont fait appel à plusueurs reprise à Sidi Abdellah Ben Hsein de Tmsloht; au Hadi Ben Aïssa de Meknès, à la grotte de Sidi Chamharouch au Haut Atlas et à Moulay Brahim l'oiseau des cîmes sur le plateau de Kik dans le Haouz de Marrakech: tous des lieux où doit se rendre la voyante médiumnique si elle est en crise de possession et si elle veut rendre efficace ses consultations en faveur de la confrérie féminine des filles des Gnaoua qui sont attaché à sa tbiqa et à son autel des esprits possesseur. Les femmes vivent constament leur relation avec les Gnaoua dans une espèce de rêve éveillé...
cuisine.JPG
cui.JPG
Comme si de rien n'était, après son état de transe, Malika est allée à la cuisine préparer un beau tagine de poisson : une magnifique dorade aux olives, poivrons et tomates bien épicées : l'équipe de tournage et les musiciens n'auront droit à la viande tendre du bouc et de l'agneau qu'après le sacrifice...
p.JPG
Après le repas communiel l'équipe de tournage a eu la suprise de deux visiteurs de marque totalement inattendu: la viste de courtoisie de Katya et André Azoulay! Visite décontractée et en dehors de tout protocole! La famille Azoulay chez les Guinéa et leur équipe de tournage. C'est la première fois nous dira maâlem Guinéa que le conseiller royal lui fait ainsi l'honneur de franchirle seuil de sa modeste maison pour s'enquérir du bon déroulement du tournage et poser quelque questions sur les artistes internationaux qui se produisent sur scène avec Mahmoud Guinéa lors du festival des Gnaoua et musiques du monde. Je me suis permi de dire à André qu'il faut réactiver le colloque de musicologie et créer des liens plus fort avec l'Afrique noire puisqu'Essaouira était jadis le port de Tombouctou. Le conseiller royal nous a répondu que le festival comprend maintenant dix sept scènes et draine un tel monde qu'il est difficile de se consacrer sereinement à l'écoute d'un colloque de musicologie et pour ce qui est de l'Afrique subsaharienne, le festival est déjà un grand lieu de rendez vous pour les grands artistes de l'Afrique noir. Un film comme celui de Frank, avons nous avancé peut-être , avec celui de lilyane Azoulay sur le festival peut constituer l'ambryon d'une médiathèque. Un musée est prévu à Essaouira, nous répond Katya Azoulay; il sera le lieu de conservation de notre mémoire commune. Après cette visite de courtoisie, chaleureuse et humaine; le couple des Azoulay a promis de revenir ultérieurement participer à la lila des Gnaoua en tournage chez les Guinéa, si le programme fort chargé du festival de musique classique qui sedéroule en ce moment même dans la cité des alizés le leur permettra...Malika qui a dit au conseiller que son mari vient de représenter Essaouira et le Maroc au Japon semble profondemment aimue et très fiert de ces visiteurs de marque qui honorent ainsi sa modeste famille. A 22 heures le tournage de la lila peut enfin commencé avec la partie ludique et théâtrale de kouyou et des Oulad Bombara, suivie de la procession des tombours et des crotales avec les filles des gnaoua avec leurs bougie dans une ambiance magique au seil de la maison avant ne commence le sérieux de la transe avec ses cohortes de génie possessurs.
k.JPG
k1.JPG
k2.JPG
k4.JPG

k5.JPG

k7.JPG
k8.JPG
k9.JPG
Demain lundi 3 mai 2010; toute l'équipe se déplacera à Tamanar pour aller filmer les Ganga établis dans la région depuis le temps des sucreries saâdiennes. Lors de notre repérage avec Frank Cassendi et le cameraman Jeremy, nous n'avons pu contacter que l'un d'entre eux, les autres travaillaient comme moissonneurs: ce sont des métayers qui n'ont pas de possessions foncières et qui vivent en faisant des travaux agricoles pour les paysans haha en leur moissonant leur céréales comme en ce moment ou en faisant des tournées aumônières avec leurs tambours et leurs crotales à l'issue de quoi, ils organisent une fête saisonnière dénommée "maârouf" dédié à leur patronne lalla Mimouna sous un arganier sacré. Contrairement aux gnaoua bilalien de la ville ils ne recourt pas à la profusion des couleurs ni au gunbri pour induire la transe, chez la voix des dieux africains c'est le tombour dont ils porte d'ailleurs le nom: Ganga veut dire "gros tambour" en berbère.
Reportage photograpphique d'Abdelkader Mana
attitude.jpg

16:10 Écrit par elhajthami dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/08/2015

Psychothérapie Traditionnelle

La psychothérapie des Gnaoua.

Je viens d'apprendre en cette fin d'après midi du  dimanche 2 août 2015, la triste nouvelle que la mort vient de nous ravir maâlem Mahmoud Guinéa qui était devenu par sa virtuosité hors paire, l'ambassadeur musical incontesté d'Essaouira et du Maroc à travers le monde. Je suis peiné...En guise d'hommage je republie ci-après l'entretient qu'il m'avait accordé en campagnie de son épouse Malika. Que le bon Dieu l'ait en sa miséricorde.

oumami.JPG
Pour Géorges Lapassade : « La transe rituelle n’est pas une hystérie, c’est l’hystérie qui est une transe. Mais c’est une transe refoulée et oubliée dans les sociétés occidentales depuis le temps de l’inquisition ». C’est pourquoi cet auteur fait la distinction entre les sociétés à transe et les sociétés sans transe.

Toutes les Illustrations sur peau de cet article sont de Driss El Oumami

Par Abdelkader Mana

À Essaouira, les Gnaoua se composent principalement de deux familles : les Guinéa de Dakar et les Gbani de Bamako. L’ancêtre des Gbani serait venu dans le sillage des caravane, dans ce qu’on appelait alors « le port de Tombouctou » quant à celui de la branche des Guinéa , il serait un tirailleur Sénégalais arrivé dans le sillage de l’armée Française vers 1914. Dans un récent entretien, nous sommes revenus sur cette histoire ainsi que sur les ethnométhodes  de guérison par les couleurs de la transe chez les Gnaoua, avec Malika, voyante médiumnique professionnelle et son mari  maâlem Mahmoud Guinéa :

-  Deux familles sont aux origines des Gnaoua d’Essaouira : les Guinéa et les Gbani, Je veux que tu me parles de ces deux familles. Ton grand père était arrivé à Essaouira avec l’armée Française en 1914 , à travers le Sahara…

-  Mon grand père s’appelait Da Méssaoud. Il était venu du Mali en passant par la tribu des Oulad Dlim au Sahara. Le père de ma mère, Ba Samba, était venu de Dakar. C’est eux qui sont à l’origine des Gnaoua d’Essaouira. Les ancêtres de la famille des Gbani sont également originaires du Soudan. Ces deux familles sont pareilles. Nous sommes tous venus d’Afrique. C’est de là qu’avait commencé le gnaouisme à Essaouira. Dans le temps les premiers gnaoua étaient venus avec un gunbri à base de courge , confectionné d’une manière africaine. Après quoi ils ont adopté le figuier pour sa belle résonance, sauf que sont instrument est habité, hanté, maskoun. Son maniement nécessite purification. On ne doit pas y toucher en état d’ivresse. Car le figuier s’est sanctifié par les nombreuses années qu’il est resté sur cette terre avant d’être coupé pour en faire le gunbri. Donc, il est déjà habité, hanté, maskoun. Le maâlem lui accorde toute son attention en l’encensant. Le gunbri vieillit aussi : passé quarante ans, il se met à résonner tout seul quand tu le suspend au mur. Il parle tout seul la nuit. Pendant longtemps les instruments des maîtres disparus sont restés dans la zaouïa comme des antiquités sacrées auxquelles personne n’osait toucher. On se contenter de les visiter pour en recueillir la baraka.

arbre.JPG

On raconte qu’au nord d’Essaouira, existait un figuier hanté par un serpent auquel les femmes des gnaoua présentaient des offrandes. Elles organisaient une fête saisonnière sous cet arbre.

-  C’est Sidi Abderrahman. Depuis à l’âge de douze ans, je m’y rendais en pèlerinage avec tous les gnaoua d’Essaouira. Chaque année on y festoyait durant sept jours à partir du septième jour de la fête du sacrifice. De leur vivant nous y  accompagnaient  les serviteurs, lakhdam, ainsi que la troupe des gnaoua . Il y avait un lieu où on dansait en transe, où on organisaient cette fête annuelle,  immolant sous cet arbre hanté par un grand serpent qu’on appelait Sid –El- Hussein. On l’encensait et on tombait en transe. Lors du rituel cette créature sortait mais sans faire de mal à personne. J’ai accompagné les Gnaoua  près d’une vingtaine d’années à ce sanctuaire de Sidi Abderrahman Bou Chaddada.

- Lorsque j’écrivais mon livre sur les Gnaoua, l’un des  maâlem , Paka que Dieu le guérisse ou Guiroug, me racontait qu’enfants ils te rejoignaient à la zaouia de Sidna Boulal, où vous confectionnez aouicha, la petite guitare à table d’harmonie en zinc qui vous servait d’instrument d’essai et d’exercice avant de jouer au gunbri.

- On était alors en période d’apprentissage : dés notre prime enfance, on était des amateurs Gnaoua. On confectionnait notre instrument en se servant du zinc en guise de table d’harmonie et du nylon en guise de cordes. On se servait des boîtes de conserve de sardines pour confectionner les crotales. On allait s’amuser ainsi au village de Diabet. Une fois, alors que nous étions encore tous jeunes, la tombée du jour nous a surprise dans la forêt de Diabet où nous nous sommes mis à scander Charka Bellaydou, une devise des gens de la forêt. Fil blanc, fil sombre était la lumière dans les jardins de Diabet, près de l’oued.Dés que nous avons entamé ce chant, une sorte de Kinko surgissant de nulle part, nous est apparu.A la vue de cette énorme créature, nous prîmes la poudre des escampettes.

A l’issue de mon apprentissage, ils m’avaient préparé à la zaouia une grande gasaâ, de couscous, semblable à celle des Regraga décorée de bonbons, d’amandes et de noix. Les Gnaoua étaient encore tous vivants. Ils m’ont béni et j’ai commencé à jouer. Mon jeu leur a plu. C’est de cette manière qu’ils m’avaient reconnu en tant que maâlem. Ce n’est pas le premier venu qu’on recrutait ainsi. N’importe quel profane, apprenant sur cassette, se prétend maintenant maâlem. Pour le devenir vraiment, il faut l’avoir mériter à force de peines. Maâlem , cela veut dire beaucoup de choses. Il faut être vraiment initié à tout ce qui touche aux Gnaoua : apprendre à danser Kouyou,à jouer du tambour, à chanter les Oulad Bambara , a bien exécuter les claquettes de la noukcha . Il faut savoir tout jouer avant de toucher au gunbri, qu’on doit recevoir progressivement de son maître. Maintenant, le tout venant porte le gunbri et le tout venant veut devenir maâlem.

casemates.JPG

Pour Georges Lapassade, la dissociation, c’est la possession. C’est la définition religieuse de la dissociation. Mais on l’appelle pas dissociation dans le langage religieux, on l’appelle possession. Or, cela veut dire quoi la possession ? C'est-à-dire que la personne vit comme si elle avait le diable dans la peau. Son identité est dissociée, une part d’elle reste à peu près normale et l’autre part est devenue le diable qui le persécute. Donc la possession est un cas limpide de la dissociation. La dissociation est une appellation laïque de la possession, si l’on peut dire. La possession est la définition théologique de la dissociation, le possédé est un dissocié en fait, il est deux êtres en lui-même, j’ai deux âmes à moi…En arabe, on dit qu’il est « habité », Meskoun. On peut partir de Meskoun pour faire ce discours et c’est plus facile de le faire en arabe qu’en français, qu’en langue occidentale parce que cela est plus présent dans la culture au moins maghrébine, peut-être dans toute la culture arabe.

- Ton père m’avait dit, qu’il n’y avait pas de zaouïa des Gnaoua ici : ils habitaient juste sous des casemates du côté du quartier des Alouj(les convertis de l’époque). En arrivant ici, ils ont participé à l’édification d’Essaouira, l’un d’entre eux était sourcier : là où il leur disait de creuser, ils trouvaient de l’eau. C’est lui, d’après ce que me disait ton père qui leur avait ordonné d’édifier par ici la zaouïa des Gnaoua où ils s’étaient mis à se réunir chaque samedi. Ils parlaient alors la langue Bambara…

-   Au temps où ils habitaient dans les casemates, dont tu parles, ils n’avaient pas de zaouïa. Après quoi, un jeddab souiri (danseur en transe), de la famille  Aït – el - Mokh, leur avait accordé un terrain, où ils pratiquaient leur rituel , juste entourés d’une enceinte. Au bout d’un certain temps, les gens d’Essaouira, qui sont des jeddab (qui dansent en transe) et des amateurs des Gnaoua, ont tous participé à l’édification de la zaouïa où se réunissent les Gnaoua

Malika, la femme de Mahmoud Guinéa qui assiste à l’entretient nous ramène aussitôt au rôle thérapeutique des Gnaoua:

-  Pourquoi, leur avait – on  accordé ce terrain ? A cause de ce fils qu’ils ont promené chez tous les guérisseurs sans qu’il soit guéri. Mais quant ils l’ont amené chez les Gnaoua, il s’est aussitôt rétabli. Ils ont alors accordé aux Gnaoua, ce terrain,  en guise de don, comme le font chaque année, les bienfaiteurs qui viennent en procession à Sidna Boulala : la femme qui n’enfante pas, vient prendre la baraka et se remet à enfanter. L’homme qui a du mal à trouver du travail, recourt lui aussi aux Gnaoua. Quand ils ont vu que celui dont le fils est malade avait accordé le terrain, les autres ont financé : celui-ci a acheté le ciment, celui-là le fer, jusqu’à ce que la zaouïa de Sidna Boulal soit érigée. Nous ne pouvons pas dire que Sidna Boulal, le muazen du Prophète soit enterré à Essaouira : il est là-bas, en Orient. Ici, nous n’avons que sa baraka, son maqâm (mansion).

marrakech.JPG
Pour la psychanalyse l’origine de la maladie est endogène : « Ce sont les processus psychiques inconscients ». Pour le thérapeute traditionnel : l’origine du « mal » est exogène ; l’individu est « frappé » par une entité surnaturelle malfaisante ; la possession n’est donc pas le symptôme d’un état morbide. Ces deux modes d’interprétations impliquent deux attitudes : l’Occident rejette le « malade », le Maghreb accepte le « possédé ». Ces deux modes d’interprétations impliquent également deux modes de traitement : l’un vise à « expulser l’intrus », l’autre à mettre en évidence le traumatisme responsable mais oublié.

Originaire de Marrakech, Malika est aujourd’hui une voyante médiumnique professionnelle dont son épous maâlem Mahmoud Guinéa, est un simple auxiliaire . C’est lors d’un pèlerinage à Tamsloht qu’elle l’a rencontré pour la première fois  :

« Je suis ce qu’on appelle talaâ (celle qui fait « monter » les esprits). Quand je dormais mes esprits me disaient :

-  On t’autorise à te marier, mais seulement avec un maâlem gnaoui qui soit noir.

Je me disait :

- Pourquoi dois-je chercher un homme qui soit maâlem , gnaoui et noir de surcroît! Il est impossible de trouver un homme qui réunit en lui toutes ces qualités !

Je me suis rendue en pèlerinage au moussem de Moulay Abdellah Ben Hsein comme les esprits m’avaient ordonné de le faire chaque année. Et c’est  là que j’ai rencontré, d’une manière tout à fait inattendue, maâlem Mahmoud qui deviendra mon mari. En me préparant à m’y rendre , avant même de rencontrer mon futur mari,  et alors que je me suis mise à farfouiller dans mon autel des mlouk,je suis tombée sur une cassette où on entend chanter  certaines devises Gnaouies, notamment celles de foufou-danba , du lait:

-  J’ai déjà écouté ce maâlem, me dis-je, et sa musique comporte des devises qui n’existent pas chez les gnaua de Marrakech.

tabal.JPG

J’ai alors dissimulé cette cassette entre mes seins et je me suis rendue à Moulay Abdellah Ben Hasein,. C’est là que j’ai rencontré Mahmoud . Il était accompagné de Hamida Bossou qui m’a  invité à une lila où participait entre autre  maâlem Mahmoud, accompagné de son père et de ses frères. On s’est connu de cette manière et je suis rentrée chez moi. Plus tard, mon frère à rencontré par hasard maâlem Mahmoud et l’a invité chez nous. Je me suis retrouvée ainsi en sa présence à l’intérieur – même de ma maison ! J’ai alors ordonné à mon frère de nous faire écouter la fameuse cassette. Nous l’avons écouté sans que je sache d’où elle m’est parvenue. Mahmoud  m’apprend alors que c’était sa cassette. Mais comment m’est – elle parvenue ? Je ne pouvais le dire. D’autant plus que je n’avais encore jamais visité Essaouira. Et il m’a épousé.

-    Est-ce ta sœur ?  demanda –t-il à mon frère.

-   Oui.

-   Est-elle mariée ?

-   Non.

C’est ainsi qu’en un très bref laps de temps, je me suis retrouvée  fiancée puis mariée avec  maâlem Mahmoud qui m’a encouragé à poursuivre ainsi mon travail en tant que maâlma et en tant que voyante. Du fait que j’organise chaque année la lila , ma sœur , mon frère , ma fille dansent en transe. Cela remonte aux environs de 1985 que nous  baignons en permanence dans ces rituels, au point que la musique Gnaoua coule maintenant dans nos veines.

bossou.JPG

Vous venez d’évoquer maâlem hamida BOSSOU, que Dieu ait son âme. Mais il y a aussi un melk chez les Gnaoua qui porte le nom de BOSSOU ? Un melk, un esprit dénommé BOSSOU, une espèce de divinité des marins en Afrique.

Malika :

-    BOSSOU, n’est pas un nom de famille

Mahmoud Guinéa :

-    Hamida dansait à cette devise.

Malika :

-  Il est possédé par ce melk. Il jouait au gunbri , que Dieu ait son âme, mais une fois arrivé à la devise de BOSSOU, il tombait en transe.

Mahmoud Guinéa :

-  J’ai joué pour lui à Casablanca.

Malika :

-   Maâlem BOSSOU, que Dieu ait son âme, avait toujours besoin auprès de lui d’un autre maâlem , pour le relever au gunbri . Il ne jouait pas quand il n’y avait pas de maâlem pour le relever, même si la moqadema exigeait cette devise. C’est ainsi qu’on le surnomma hamida BOSSOU, du nom de cette devise.

- Est – ce qu’on peut considérer Hamida Bossou comme faisant partie des esprits de la mer ou ceux des cieux. Il fait donc partie des bleus ?

Mahmoud Guinéa :

-  Il fait partie des gens de la mer Haoussa. Lui était un Haoussa.

- Qui sont ces Haoussa ?

hAOUSSA.JPG

Mahmoud Guinéa :

-  Les Haoussa, ce sont les fils de la forêt de l’Afrique. La région où la forêt est proche de la mer. Cette devise musicale accompagne la transe de la forêt Haoussa, d’où est originaire Bossou.

-  Qui sont ces esprits possesseurs Haoussa ? Portent – ils la couleur bleue ?

Mahmoud Guinéa :

-  Non. C’est une cohorte des esprits noirs.

- Même s’ils évoquent la mer ?

Mahmoud Guinéa :

-  C’est que l’océan d’Afrique évoque la transe de cette contrée.

- Es-ce qu’on évoque ces esprits Haoussa avant ou après les esprits marins ?

Malika :

-  Avec les esprits marins.. On peut dire que Bossou est le plus fort des esprits marins. Ces derniers commencent avec la danse au bol rempli d’eau. Après quoi entre en scène Bossou qui danse avec un filet de pêche. Tous les autres esprits se dansent avec les draps à l’exception de Bossou qui se danse avec un filet de pêche, comme celles qu’on trouve au port. Mais c’est un filet orné de cauris.

HAOU.JPG

Mahmoud Guinéa :

- A l’invocation de cette devise musicale, on danse en faisant semblant de nager avec un filet de pêche.

- Quelle cohorte est invoquée après les esprits de la mer ?

Mahmoud Guinéa :

-  Les célestes.

-         De quels esprits se composent ces célestes ?

Mahmoud Guinéa :

-         Ils expriment la transe céleste et tout ce que  contient le ciel d’anges, d’étoiles, de lune et autres sphères cosmiques.

- D’Afrique ils avaient amené avec eux la danse du sabre et des aiguilles. Ils dansaient également  avec un bol rempli d’eau de mer contenant un petit poisson des rochers couleur d’algues dénommé BOURI. Cette danse s’effectuait quand on invoque la cohorte des mossaouiyne, les esprits de la mer…

Mahmoud Guinéa :

-   C’est mon grand père qui avait amené ce bol de DAKAR : une ondée bénie des dieux…

Malika :

-  Au plus fort de la transe, quand on invoque l’esprit de la mer le poisson apparaît tout seul  au milieu du bol : sa baraka se manifeste de cette manière.

Mahmoud Guinéa :

-  C’est la pure vérité, il n’y a pas de mensonge…

Malika :

-  Ils remplissent le bol, présentent leur soumission aux esprits et se mettent à danser.  Ils se rendent compte à l’issue de leur transe que le bol contient du poisson.

- Le BOURI , est-il ce poisson des rochers ?...

-Mahmoud Guinéa :

-  Oui, il est tout petit ce poisson…

-  On raconte que chez les Africains, il existe une divinité dénommée BOURI ?

Mahmoud Guinéa :

- BOURI ! Ô BOURI !

- Es-ce que cet esprit qu’on invoque existe ?

Mahmoud Guinéa :

BOURI ! Ô BOURI ! Son invocation introduit les rouges.

Malika :

- Il est le portier des rouges. L’ouverture des esprits rocheux. Du sang. C’est le BOURI !

- Ne croyez – vous pas que ce sont les Gnaoua qui ont donné le nom de BOURI, à ce poisson couleur d’algues qu’on trouve à marrée basse aux interstices des récifs d’Essaouira ? C’est un nom d’origine africaine ?

MASQUE.JPG

Mahmoud Guinéa :

-  C’est possible. BOURI, ô BOURI introduit les rouges. Et il y a BOURI, ô BOURI, des bleus.

Malika :

- Il y a deux genres : ceux qui ouvrent les rouges et ceux qui ouvrent les bleus.

-  Racontez – nous un peu la vie d’Aïcha Kabrane, votre mère que Dieu ait son âme : quel était son rôle ? Comment travaillait – elle avec les aiguilles ? Et comment prédisait – elle en état de transe ?  Ce sont les esprits qui la possèdent qui parlent à travers sa bouche ?

Mahmoud Guinéa :

- Les gens viennent la consulter et Dieu accorde sa guérison.

-  Que leur prescrit – elle quand ils viennent la consulter ? Es – ce qu’elle recoure aux cauris ? Raconte un peu avec détails.

Mahmoud Guinéa :

- Les parents des possédés les amènent chez elle, et elle commence d’abord par  la divination. C’est là qu’elle diagnostique le mal qui les a frappé. Elle prédit grâce à un auvent d’osier  contenant  des coquillages et des cauris de la mer du Nil que mon grand père avait amené jadis avec lui. Elle les remue d’une main et avale deux à trois  aiguilles de l’autre. Ce n’est qu’après qu’elle peut te dire quel djinn t’a frappé et pourquoi et comment. Puis elle encense le possédé en lui prescrivant le sucré et le salé.

brillant.JPG
Malika :

- Elle appelle ces esprits pour qu’ils lui indiquent la raison pour laquelle ce monsieur ou cette dame sont venus la consulter. Elle ne préconise pas systématiquement la lila : il y a celui à qui on recommande le sucré et celui à qui on recommande le pèlerinage à Moulay Brahim, sidi Abdellah Ben Hsein ou Sidi Chamharouch : il doit effectuer ce pèlerinage avant de revenir la voir pour quelle puisse deviner ce que les esprits réclament. C’est à ce moment là que les esprits préconisent la lila. La talaâ(voyante médiumnique) doit alors jouer son rôle en se concertant avec son maâlem. Que demandent les esprits pour délivrer ce possédé ? Sera – t – il enfin délivré ou bien  deviendra –t- il  un serviteur des esprits? Car il y a le possédé à qui les esprits  demandent qu’il soit leur serviteur en devenant moqadem.

Mahmoud Guinéa :

-         Malgré lui s’il le faut, même s’il refuse de devenir leur serviteur. Cela est déjà  arrivé à de nombreux possédés.

driss.JPG

Malika :

-   Que faire ? Elle fait alors appel au maâlem qui se trouve être son propre mari comme c’est mon cas. Elle lui dit : une telle ou un tel désire une lila préparée de telle ou telle manière. Et il vont faire le marché . Ils vont acheté tout ce dont ils ont besoin pour l’organisation de la lila. Au cours de cette dernière la cliente se livre alors à la danse de possession. Et la voyante médiumnique l’empêche de rentrer à la maison : elle doit rester en sa compagnie au moins une semaine, le temps qu’elle lui indique la manière dont elle doit servir. Et même quand elle devient moqadema, elle se doit d’organiser une lila , où Lalla Aïcha doit être présente. Ceci pour ce qui concerne l’initiation de celle destinée à devenir moqadma. Pour celle qui est possédée, elle reste  chez elle ,voilée , isolée, consommant le sucré durant une semaine, dix jour voir un mois jusqu’à ce qu’elle va mieux. Après quoi, au cours d’une nuit du mois lunaire de chaâbane , elle doit se rendre en pèlerinage à Lalla Aicha avec un sacrifice en guise d’offrande.

Mahmoud Guinéa :

-  Elle doit régulièrement se rendre en pèlerinage et continuellement présenter des offrandes et des sacrifices.

Malika :

-  Il se peut qu’elle soit délivrée comme il se peut qu’elle soit à nouveau possédée. La mère de Guinéa tombait en transe quand on invoquait  Jilali, les noirs et le soudanais. Chose qu’on ne trouve chez aucune moqadma que ce soit à Essaouira ou ailleurs. Ces devises lui étaient propres.

Mahmoud Guinéa :

-  C’est mon grand père qui avait amené du Soudan ces devises bien faites. Aucun Gnaoui en dehors de notre famille ne joue ces devises musicales. Personne ne danse à leur invocation à part nous .

Malika :

- On ne les joue ni ne les danse ailleurs. Nous les respectons : la mère de Guinéa ne les jouait qu’au cours d’une lila qui lui était propre.

Mahmoud Guinéa :

- On préserve ces devises pour que les autres Gnaoua ne les jouent ou ne les enregistrent.

- En quoi consiste votre pouvoir de devination?....

argan.JPG

Dans les religions traditionnelles, le Chaman et le médium ont en commun leur formation, leur vocation. Dans les deux cas, très souvent, mais pas toujours, il y a un trouble à l’adolescence, une dissociation adolescente. Ils font des fugues ou elles font des fugues. Ils se réfugient dans la forêt ; ils sortent de chez eux. On voit même cela au Maroc ou en Algérie dans la vocation de certaines talaâ, de certains guérisseurs, comme on les appelle des médiums. Il y a cette sorte de tradition de fugues adolescente, au départ. C’est une dissociation pathologique, qui va se retourner, se transformer, en dissociation normale.  On n’élimine pas la dissociation comme le voulait jadis Janet. La thérapie occidentale visait l’élimination de la dissociation, tandis que là, on s’arrange avec, on se réconcilie en la transformant. C’est spectaculaire chez les Chamans et les médiums  et même chez les clients de base, d’une intervention qu’on appellera thérapeutique, en Afrique, la dissociation n’est pas éliminée comme un  trouble définitivement pathologique dont il faut se libérer…en reconstruisant les identités, mais elle est, quelque part, dans un coin de la personnalité et même du métier quand il s’agit d’en faire un métier. La talaâ, les spécialistes de la dissociation, les gestionnaires de la dissociation, à but thérapeutique restent dissociés. Donc, on peut dire qu’en Afrique, à la différence de l’Europe, il y a aménagement de la dissociation, il n’y a pas eu tentative d’élimination. C’est un trait de l’Afrique, de la psychologie africaine, des africains, cette disponibilité de la dissociation, peut-être que les Africains sont moins unifiés que les Européens, et qui sont plus porteurs d’une dissociation, d’une dissociation constitutive de leur identité.

Malika :

Moi-même, je ne sais quoi dire, jusqu’à ce que je consulte les esprits. Ce sont mes mlouk qui émissent le diagnostic à celle qui vient me consulter. Je suis alors en transe. C’est dans cet état que je les consulte et c’est eux qui lui disent ce dont elle souffre et ce qu’elle doit amener comme offrandes. A ce moment là, ce sont les esprits qui parlent. Je peux lui parler en dehors de l’état de transe. Mais là, je fait monter les esprits. C’est delà que vient le mot talaâ, celle qui fait monter les esprits et c’est eux qui lui disent : tu as ceci ou cela.

Les esprits avec lesquels je travaille, m’aident moi aussi à me sentir mieux. Quand j’organise une lila pour quelqu’un, je danse moi aussi en état de transe. Après quoi je me sens mieux. Ce n’est pas seulement celui ou celle qui est malade qui danse en état de transe ; moi aussi je danse en état de transe. A chaque foi que j’organise une lila, je danse en état de transe ; ce qui m’apaise

La nuit, lorsque je suis nerveuse, je vois apparaître les esprits dans mes rêves.

Quand j’ai consulté mes esprits vous concernant en leur demandant si je peux travailler avec vous ; ils m’ont répondu : oui, ce sont des gens correctes. Si vous n’étiez pas des gens correctes, la lila n’aurait pas été réussie : elle réussi si les intentions de ceux qui l’organisent sont bonne. S’ils sont de bonne foi, tout ce qu’ils entreprennent leur réussi.

-  Comment vous êtes devenue talaâ, (celle qui fait monter les esprits) ?

-  Avant j’étudiais, comme tout un chacun rêve de s’instruire. J’ai obtenu mon bac, pour poursuivre à l’étranger en section anglaise. Quand j’ai obtenu le bac j’ai eu un problème avec un Monsieur de notre fratrie qui m’a demandé en mariage mais sa mère a refusé. Comme il n’a pas tenu compte de l’avis de sa mere, pour nous séparer, celle-ci m’a jeté un mauvais sort. C’est de cette manière que les esprits m’ont possédé .En enjambant cette magie j’ai commencé à tomber en transe et à me désintéresser de l’école. Je n’aimais plus les hommes, d’une manière générale. Les hommes, étaient devenus un problème pour moi. Je suis choquée à chaque fois qu’un homme veut me demander en mariage. Durant près de deux ans, nous avons consulté de nombreux docteurs psychiques. Ma maman, que Dieu ait son âme, m’amenait chez les médecins. Franchement, je n’étais pas élevée dans une famille Gnaouie. Chez nous personne ne tombait en transe. On était tout à fait loin des Gnaoua.

oum.JPG

-   Le pouvoir de devination la sœur de Mahmoud Guinéa l’avait hérité de sa mère, alors que vous qui n’avez rien à voir avec les Gnaoua, vous êtes devenu talaâ plutôt suite à une crise initiatique ?...

- Effectivement, quand j’ai commencé à « tomber » (à devenir une possédée), les gens se mirent à nous dire : « Il faut voir les Gnaoua, organiser une lila ». Finalement, je ne croyais pas vraiment aux esprits. Il y avait alors dans notre voisinage une voyante qui organisait des lila. Un jour, alors que je dormais, j’entendais au loin le rituel se dérouler chez elle. Quand ils ont entamé la procession aux tambours, je n’ai pu m’empêcher de quitter la maison en courant, pour rejoindre dame Jmiâ que Dieu ait son âme (mon autel des mlouk comprend de vieux balluchons de couleurs déchirés qui lui appartenaient mais dont je ne puis me séparer. J’ai des serviettes toutes neuves, mais je leur préfère les anciennes qu’elle m’a légué au moment de mourir). Je l’avais alors rejoins et je me suis mise à danser en transe. J’ai dansé alors sur les notes du grand maâlem aïachi Baqbou , que Dieu ait son âme. En sortant de ma transe, je me suis endormie et elle m’a mise en isolation sous le voile  : « Ma fille, me dit-elle, les esprits te réclament sacrifice et désirent que tu les serve. » Je n’ai pas compris tout d’abord qu’est – ce que « servir » ? Je n’étais alors âgée que de 17 ans. Je suis allée voir ma mère en lui disant que lalla Jmia m’a prédis que je dois « servir », j’en ai déduit que je dois étudier et travailler. Mais une semaine plus tard je suis à nouveau « tombée »  et j’ai commencé à parler en état de transe (kan’Ntaq) . Les esprits se mirent à parler en moi  : « nous lui avons ordonné de nous servir, d’organiser une lila pour devenir moqadma. » Je suis tombée malade et ma mère, que Dieu ait son âme est allée voir cette voyante en lui disant : « Dame Jmiâ, vient voir ma fille est à nouveau tombée en transe. » Elle est venue et a commencé par faire parler les esprits qui me tourmentaient, puis elle a dit à ma mère :

-  Les esprits veulent qu’elle les serve.

- Peut-on organiser la lila ? Lui demande ma mère, on vous donnera l’argent qu’il faut. » ;

-  Ils veulent certes qu’elle organise une lila, mais ils veulent surtout qu’elle les serve. Lui répond la voyante .

visage.JPG

Nous avons effectivement organisé une lila . Je ne pouvais plus me lever , mais après la lila, je me suis sentie mieux. Un mois plus tard, j’ai à nouveau refusé de servir en tombant malade à nouveau. Les esprits dirent alors : « Elle ne veut pas de nous ? Qu’elle ait donc en pèlerinage. C’est ainsi que je me suis rendue à Moulay Abdellah Ben Hsein, à Chamharouch, jusqu’à ce que j’aie accepté. Je  les voyais dans mes rêves et je m’écriais dans la nuit. Ils ont chamboulé mon sommeil ; dormant le jour et veillant la nuit, me mettant à prédire à quiconque me rendait visite : je tombais en transe et je voyais aux gens  sans qu’ils me le demandent. C’est de cette manière que j’ai accepté progressivement l’idée de devenir talaâ (celle qui fait monter les esprits) acceptant ainsi le verdict des esprits qui m’ont possédés.

Quand j’ai intégré la mida (l’autel des mlouk) et que j’ai accepté de servir les esprits ; je me suis rendue en pèlerinage à Sidi Chamharouch après avoir organisé une première lila. En redescendant de la grotte, je suis tombée sur du fer que j’ai pris. En arrivant à la maison, je suis tombée en transe . Quand les esprits sont « montés »(talaâ’ou) , ils m’ont demandé de danser avec le fer  soit à l’invocation de Jilali , soit à celle du nuageux. C’est tout. Pour sanctifier le fer, j’ai organisé une lila avec sacrifice. Depuis lors, je ne peux plus danser à la devise de Jilali sans être munie de fer.C’est ce avec quoi je travaille.

Je ne croyais pas d’abord aux saints, mais quand je suis tombée malade, je me suis mise à rendre visite à tous les lieux saints qui sont en rapport avec les gnaoua : la grotte d’Aïcha  à Sidi Ali , celle de Sidi Chamharouch où je me suis isolée durant trois jours : là-haut, on mangeait, on buvait, on dormait . Après quoi, je suis descendue vers Moulay Brahim où j’ai séjourné pendant une semaine. De là je suis descendue vers Moulay Abdellah Ben Hsein.

double.JPG

L’incubation en vue de l’inspiration à la suite d’un rêve divinatoire est un fait établi depuis la haute antiquité au Maghreb. Hérodote prête ainsi aux Nasamons une coutume qui ne leur est certainement pas particulière et que pratiquent encore les berbères : « Pour faire de la divination, dit-il, ils vont aux monuments de leurs ancêtres et s’endorment par – dessus : après avoir prié, ils se conforment à ce qu’ils voient en songe. »Avant d’être reconnue en tant que telle, la talaâ est allée en pèlerinage à Sidi Chamharouch – le Sultan des Jnoun, dont la grotte  se situe au sud de Marrakech -, à Moulay Brahim, à Tamesloht, et à beaucoup d’autres lieux saints. Là, elle s’est imprégnée de leurs effluves sacrés et s’est isolée pendant un certain temps dans leurs khaloua, lieu de prière et de retrait, généralement une grotte qui préfigure le ventre maternel où s’accomplissent la mort et la résurrection symbolique de la néophyte. Elle se retire en prière  jusqu’au moment où le rêve divinatoire apparaît dans la dormition. C’est la raison pour laquelle la postulante a accompli son pèlerinage.

Qui vient vous consulter?

La femme qui n’enfante pas, vient prendre la baraka et se remet à enfanter. L’homme qui a du mal à trouver du travail, recourt lui aussi aux Gnaoua.

Quand un patient ou une patiente, qu’elle soit jeune ou vieille, vienne me consulter, je ne sais pour ainsi dire rien à son propos. J’ouvre l’autel pour consulter les esprits à son propos. Ce sont les esprits qui m’assistent au cours de la consultation en me disant de quoi souffre ce Monsieur ou cette dame. Qu’à –t- il ? Es-t- il malade ? Que lui réclament les esprits ? Veulent –ils seulement qu’il organise une lila pour le délivrer ? Ou bien veulent – t –ils qu’il devient leur serviteur ? Les a – t – il atteint de quelque manière ? Ou les a – t – il agressé ? Une fois que j’ai consulté les esprits, je lui dis mon diagnostic. Je vois de quoi souffre le malade, puis je lui dis : voici de quoi tu souffres et voilà ce qu’attendent de toi les esprits. Ils veulent que tu leur organises une lila que tu achètes par exemple un mouton, un bouc, ou que tu leur prépares un poulet non salé. Ou que tu leur fasses don d’une offrande. Il y a aussi le malade à qui ils ne demandent rien avant qu’il ne revienne du pèlerinage soit à Chamharouch, Moulay Brahim et Tamsloht. Et ce n’est qu’au retour de ce pèlerinage qu’il ramène ce que les esprits lui réclame : qu’il ramène un bélier châtré, un bouc, des encens. J’organise alors le rituel en accord avec le maâlem . J’ai la chance d’être mariée avec un maâlem que je consulte à la maison en lui disant : d’ici trois jours, nous aurons une lila , qu’une telle femme est malade et qu’elle désire une lila. Si elle l’organise à son domicile, nous nous rendons chez elle. Nous prenons seulement notre baluchon de tissus de couleurs et notre plat d’osier : on ne prend pas tout l’autel des esprits. Puis nous nous dirigeons chez elle, accompagnées du maâlem. On la trouve ayant déjà préparé tout ce que je lui avais demandé d’acheter. On procède au sacrifice, puis avec la nuit on met en œuvre la lila. Et Allah accorde sa guérison. Ses vœux seront exhaussés. Généralement les esprits lui recommandent d’organiser une lila chaque année. Et quand cela n’est pas dans ses cordes, elle présente des offrandes au cours de la lila que j’organise moi-même annuellement : elle donne de l’argent, procède au sacrifice, selon ses propres moyens ou selon ce que les esprits lui ont recommandé de faire. Je vous cite les deux cas suivants

  1. Le premier cas est celui de cette femme qui a des cauchemars la nuit. Elle n’acceptait pas les hommes qui la demandaient en mariage. Elle n’aimait pas du tout les hommes. Sa mère me l’avait amené en consultation. Elle avait 28 ans. Les esprits m’ont indiqué que c’est eux – mêmes qui l’empêchaient de se marier pour  qu’ils la possèdent. L’esprit qui la possède l’empêche de se marier pour qu’elle devienne son épouse. Nous lui avons organisé une lila mais son esprit a refusé en disant : « cette femme doit m’épouser ou me servir. » Elle a refusé mais a néanmoins organisé la lila : « Je donnerai tout ce qu’on me demande disait-elle. Le financement n’est pas un problème : j’ai de l’argent. Je ferai tout ce qu’on me demande pourvu qu’on me délivre et que je me sente mieux. » Elle n’aimait plus la maison : elle voulait s’enfuir, fuguer. La première lila est passée, la deuxième et la troisième. Après, elle est guérie. Maintenant, elle est mariée. Elle a même deux enfants.Quand elle s’est mariée et qu’elle a eu des enfants ; elle m’emmena le premier à la tbiqa (l’autel des esprits). Pour le protéger on l’avait couvert des draps. Et quand elle a eu le deuxième , elle l’emmena également. Maintenant chaque année elle m’envoie son sacrifice. Elle vit à Tanger. Elle est guérie.
  2. L’autre cas, est celui d’une femme mariée qui n’enfantait pas : elle veut bien avoir des enfants. Mais  même quand elle tombe enceinte, elle finissait par perdre son enfant dans les trois mois qui suivent. Alors, elle est venue me consulter et il s’est avéré que c’est Sidi Hammou qui l’a « frappé » au ventre : il lui demande sacrifice et lila. Elle ne voulait pas organiser la lila, chez elle : elle avait honte de cette musique. Elle nous a remis l’argent et nous lui avons organisé la lila chez nous. Quand elle est redevenue enceinte, elle est venue me voir pour porter durant neuf mois le « fil de laine » (ceinture protectrice). Ce n’est que par la suite qu’elle a donné naissance à une fillette qui a grandi maintenant et qui nous offre elle aussi offrandes et sacrifices.
el.JPG

Pour Georges Lapassade, la talaâ pratique une « thérapie de la dissociation ». Elle fait appelle aux Haddarates et aux Gnaoua  pour assurer un moment thérapeutique comme le Ndeupp, le rituel de possession sénégalais, où les danses de possession viennent clôturer une semaines d’actions ou d’actes thérapeutiques dont le plus important, le jeudi, c’est le sacrifice d’un animal et la construction d’un autel sur des poteries qui contiennent des boyaux de cet animal. Donc, le rite de possession collectif, les danses de possession collectives sont spectaculaires, menés d’ailleurs par un guérisseur ou une guérisseuse. Les danses de possession, dans le quartier où il y a eu l’intervention, viennent le dernier jour pour clôturer une semaine thérapeutique, dont probablement l’acte fondateur le plus important, pour la première fois, c’est le sacrifice conduisant le même jour à la création d’un autel sur lequel on pourrait faire des offrandes au Rab(part dissociée de la personnalité). C’est pourquoi je dis que c’est un autel de la dissociation parce qu’au départ, il y a l’idée d’une possession plus ou moins par le Rab qui est un animal, un être mystérieux, un peu comme un djinn  dans les pays arabes…Donc, cet esprit possesseur tourmente une personne et ce qu’on appellera la thérapie en langage occidental consiste à libérer, à soulager cette personne, non pas par la suppression du symptôme qui est à l’origine du trouble qui est une possession mal vécue. On ne met pas fin à la possession, mais on la déplace, c'est-à-dire, cet esprit, ce Rab qui tourment la personne, n’est plus dans la personne tourmentée, mais dans cet autel où la personne, pendant toute sa vie, va porter des offrande, du lait et autres produits.C’est intéressant du point de vue de la thérapie africaine, qui est une thérapie de réconciliation du possédé et de son possesseur considéré comme bénéfique. Ce qui est très différent de l’unique forme de possession que l’on connait et que l’on a connu en Europe, la possession diabolique. Et puisque c’est une possession diabolique, on ne peut pas se réconcilier avec le diable. Le diable doit être expulsé, c’est un exorcisme. Ce qui est très important en Afrique, dans la culture africaine, il y a aussi de l’exorcisme en Afrique, mais il y a cette pratique inconnue, non pratiquée dans l’ensemble de l’Europe à part quelques exceptions ; il y a une pratique adorciste qui consiste à construire une réconciliation. Donc, une sorte d’arrangement avec la dissociation. Ce n’est pas seulement une pratique pour mettre fin, à la dissociation pathologique car il y a des dissociations qui ne sont pas pathologiques. Cela est une autre affaire, on peut en parler, si vous voulez, mais la dissociation pathologique, c’est l’éclatement de l’identité chez le possédé occidental qui prétend être possédé par le diable, par un mauvais esprit. La seule solution, c’est de faire sortir cet esprit, c’est de le chasser. C’est de l’exorcisme, tandis qu’en Afrique, très souvent, ce n’est pas de le chasser, c’est de l’amadouer et de se faire ami avec lui.Cohabiter est très important pour l’étude du rite africain, on en est là.

L’autel des mlouk :

Les filles dépendantes de l’autel des esprits, doivent être présente à chaque lila que j’organise. Elle lave le baluchon de tissus. C’est elles qui nettoient l’autel des esprits du sang sacrificiel au cours de la lila que j’organise au mois lunaire de Chaâban. Ce sont elles qui peinent comme vous avez vu hier. Elles veillent au bon déroulement de la lila. On les appelle « les fille de la tbiqa », l’autel des esprits. Il se compose d’un  plat d’osier qui contient l’encens, les bocaux pleins du benjoin blanc, du benjoin rouge, du benjoin noir, de bois de santal et des bougies de foufou danba. Quand on quitte le domicile pour la procession, on laisse ces bougies sur l’autel des esprits pour ne s’en servir qu’au cours de la danse de possession. Ceci est le chèche de Sidi Hammou, ce bol est celui des esprits marins, ceci est de l’encens des esprits féminins : Mira, dame Rqiya, la berbère. Ceux –là sont les tissus par lesquels on recouvre les gens qui tombent en transe. Ce sont les sept couleurs : le blanc, le vert, le noir, le rouge, le bleu marin, la tunique rapiécée et enfin Mira. Ceux –ci sont les couvercle de l’autel : on le couvre avec après la transe. Plus précisément, on ne couvre pas aux jours ordinaires, mais à la fin du mois lunaire de chaâban (qui précède le Ramadan). C’est là qu’on recouvre l’autel des esprits, parce qu’au mois du Ramadan il n’y a ni lila ni musque : les esprits sont au repos. On les recouvre par ces serviettes jusqu’à la nuit du destin , le 27 Ramadan où les baluchons sont dénoués et l’autel des esprits est à nouveau découvert : on l’encens et le maâlem remue à nouveau le gunbri. C’est obligatoire le 27 Ramadan : nous fermons les bocaux à la fin de chaâban et on les ouvre le 27 Ramadan. Le maâlem joue alors une devise ou deux ; c’est là qu’on procède à ce qu’on appelle « l’ouverture de l’autel des esprits ».

sous.JPGLà, ce sont les serviettes de la danse de possession. On les utilise au cours de la lila. On les emporte avec nous à chaque fois qu’on se rend en pèlerinage au moussem de Moulay Brahim, de Tamsloht, comme pour les recharger à nouveau de la vivacité des mlouk. On leur donne ainsi une nouvelle vie : on voyage avec, on escalade les montagnes avec, là haut on danse avec. Ils se mêlent ainsi aux autres moqadma et aux autres mlouk. Une fois redescendus de la montagne, on les encens avant de les ramener : on les appelle mhalla (cohorte des génie).

Ceci est venu de la Mecque. Oui. C’est un cadeau d’une fille qui travaillait chez moi. Une fille qui n’avait pas de chance. Elle venait souvent chez moi, à chaque fois que j’organise une lila. Comme elle n’avait pas d’argent, elle aidait en mettant la main à la patte : elle lavait les draps, veillait la lila, en aidant les filles. Elle a demandé un jour aux esprits de l’aider à se marier, en leur promettant que rien ne leur manquera une fois qu’elle se portera mieux. Et effectivement Allah l’a comblé et maintenant elle réside à Doubaï. Allah l’a soulagé et elle s’est mariée. Maintenant elle a donné naissance à un garçon et elle va venir ce mois-ci. Elle envoie le cadeau à Mahmoud. Elle envoie le cadeau aux enfants. Elle va mieux, très bien même. Elle m’envoie les encens et tout ce qui est nécessaire à l’autel des esprits. Chaque année elle m’envoie son offrande, et son sacrifice. Elle se porte comme un charme maintenant. C’était pourtant une simple fillette qui était démunie de tout. Maintenant elle me dit : « J’envoie les cadeaux à tes enfants et à toi j’envoie tissus et encens : je connais l’intérêt que tu porte aux encens ! » Elle m’a envoyé un tissu noir pour confectionner une tunique pour Lalla Aïcha. “

dd.JPG

Le monde des Gnaoua  avec leur rite de possession et leur initiation adorciste  est avant tout une religion de femmes dont Aïcha est la figure centrale. Une sorte de religion  alternative dans une société où seuls les hommes ont vraiment accès aux lieux consacrés de la religion établie. Le moussem de Tamesloht donne à voir cette dualité, avec d’un côté les chérifs célébrant au grand jour leur religion d’hommes, et d’un autre les rites nocturnes et privés animés par les prêtresses d’Aïcha.

Abdelkader Mana

21:29 Écrit par elhajthami dans Psychothérapie, transe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : psychothérapie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/07/2015

TRIBUNE Face à l’islamisme, la République ne doit pas trembler !

C’est un texte important, capital même, que nous publions ci-dessous. Il a pour objectif de faire entendre la voix de cette majorité dite "de culture musulmane", qui rejette l’islamisme et revendique la laïcité et l’universalisme. Contrainte au silence par la menace, les pressions, les compromissions, elle veut aujourd’hui réaffirmer son existence et ses convictions auprès des pouvoirs publics, des politiques, de l’opinion. Ce que pensent les personnes qui ont signé et signeront cet appel est aujourd’hui systématiquement nié, non seulement par les islamistes mais aussi par leurs complices conscients ou inconscients. A "Marianne", nous considérons comme nos compagnons de route les plus exposés de ces femmes et de ces hommes de parole. Nous savons que, dans leur sillage, s’inscrit la multitude des âmes libres. A l’heure des tragédies qui menacent nos valeurs, l’écouter constitue une urgence vitale... SIPA Nous sommes des citoyens de culture, de tradition ou de confession musulmane ; nous sommes athées, agnostiques ou croyants ; nous sommes d’origine arabe, africaine, perse, berbère, turque ou kurde ; nous sommes des Français, des résidents en France ou des amis de la République vivant à l’étranger. Nous sommes surtout - et avant tout - des démocrates attachés à la laïcité et aux principes de la République. Nous sommes enfin des femmes et des hommes libres, universalistes, amoureux de la France, de sa culture et de ses valeurs. Même s’il n’est pas question pour nous de nous enfermer dans une logique communautaire ni de brandir une quelconque identité singulière, car contrairement aux tenants du communautarisme, DIRE NOTRE REFUS CATÉGORIQUE AUX USURPATEURS ET AUX APPRENTIS-SORCIERS QUI S'ÉRIGENT EN QUASI AUTORITÉ CLÉRICALE AUTOPROCLAMÉEde l’uniformisation religieuse et de l’islam politique, nous revendiquons, en premier lieu, notre qualité de citoyennes et de citoyens, nous avons simplement décidé, au regard des événements et du contexte, d’assumer nos responsabilités pour dire notre refus catégorique aux usurpateurs et aux apprentis-sorciers qui s'érigent, en quasi autorité cléricale autoproclamée, et se permettent, depuis plusieurs années, en notre nom aussi, pour les uns, de s’exprimer, de revendiquer, de communiquer et d'agir souvent avec la complicité des pouvoirs publics, et, pour les autres, de menacer, d’intimider, de terroriser et de commettre des crimes. Les premiers et les seconds agissant, avec une rhétorique particulière, « au nom de tous les musulmans ». À ce sujet, nous tenons à rappeler que l’islam – notamment sunnite qui représente l’écrasante majorité – ne reconnaît aucun clergé. De plus, nous trouvons inacceptable que cette instance, appelée CFCM, traversée par des courants vecteurs de l’islam politique et par d’autres, liés à des États étrangers ne respectant pas les principes laïques ni les règles de la démocratie, puisse usurper une « représentation » de « plus de cinq millions de musulmans de France », avec l’accord des pouvoirs publics et ce, depuis plusieurs années. Cette mascarade doit cesser au plus vite, car il n’y a pas cinq millions de personnes qui, en France, se définissent comme des musulmans. L’islam est un choix spirituel personnel et intime. L’islam ne s’hérite pas et ne se lègue pas. Et quand bien même cette instance préfabriquée serait représentative, elle ne peut représenter qu’une minorité incapable de faire passer un message remettant en cause ces dogmes archaïques et parfois violents qui constituent ce que le regretté Abdelwaheb Meddeb appelait « la maladie de l’islam », en l’occurrence l’islam politique. Pour toutes ces raisons et à l’occasion de la célébration de la Révolution française qui a instauré la République et consacré les libertés individuelles et collectives ainsi que la Déclaration des droits de l’homme, nous demandons avec force : AUCUN CALCUL POLITIQUE NE PEUT SOUFFRIR DE COMPROMISSION AVEC LES TENANTS DU PROJET INTÉGRISTE INSTRUMENTALISANT L’ISLAM- Au président de la République, au premier ministre, aux membres du gouvernement, à l’ensemble des élus et des partis politiques républicains de demeurer fermes et vigilants face aux revendications contraires aux valeurs universelles, au principe de laïcité, portées et incarnées activement par les courants ou les personnalités liés ou proches des Frères musulmans et des salafistes. Aucune élection, aucune gestion de carrière, aucun calcul politique ne peut souffrir de compromission avec les tenants du projet intégriste et totalitaire instrumentalisant l’islam. L’islamisme nous impose une guerre et sa principale arme est le terrorisme, mais l’islamisme nous impose aussi une grande bataille idéologique que nous devons assumer collectivement. Nous ne devons jamais leur céder un iota de ce qui constitue nos acquis démocratiques ; - Aux élus locaux de ne pas reculer et de faire front face aux pressions des islamistes qui tentent, au-delà des crimes terroristes barbares, d’imposer au quotidien, au niveau local, de manière sournoise et pernicieuse, un mode de vie rétrograde, antirépublicain et un projet antidémocratique. Il ne s’agit pas seulement de réinvestir les territoires et d’occuper le terrain social, mais plus encore de lutter avec une ferme détermination et sans relâche contre les zones de non-droit et du communautarisme, généralement infestées d’agents recruteurs pour le compte de l’islam politique qui savent mieux que quiconque profiter des vulnérabilités pour capter de nouveaux adeptes parfois à travers l’action sociale, d’autres fois par le biais du soutien scolaire, par exemple. Combat qui doit tirer sa force et son efficacité d’un soutien sans faille de l’État, qui doit assurer sa présence, en tout lieu et en tout temps ; NOUS REFUSONS CE CLIMAT DE TERREUR ET LA SOCIÉTÉ TOUTE ENTIÈRE LE REFUSE. NUL NE DOIT ÊTRE INQUIÉTÉ POUR SES OPINIONS- À l’institution judiciaire de montrer une intransigeance et une sévérité intraitables, contre tous ceux qui tuent, menacent, s’attaquent aux biens et aux personnes dans le but de créer un climat délétère et terrifiant. Il n’est pas admissible que nous vivions dans une logique de peur où les tentatives d’attentats et les attaques islamistes succèdent aux menaces de mort et aux intimidations. Nous refusons ce climat de terreur et la société toute entière le refuse. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, pour sa croyance ou pour sa non-croyance. L’institution judiciaire, en première ligne dans cette mission républicaine et démocratique, doit infliger des peines exemplaires, dans le cadre des lois en vigueur. C’est ce message clair d’intransigeance que la République doit envoyer aux tueurs fanatiques et à leurs alliés. Ces derniers sont ces religieux qui légitiment la violence et refusent de la condamner, ces non-musulmans qui, par relativisme culturel, continuent d’infantiliser les musulmans refusant de les mettre face à leurs responsabilités et, au-delà, tous ceux qui aident, d’une manière ou d’une autre, à la banalisation et à l’avancée de la pensée islamiste, nourricière de terrorisme et d’attitudes antidémocratiques et anti-laïques ; - À la société civile de se mobiliser et de puiser dans les valeurs de la République, les ressources nécessaires afin de répondre à tous les partisans, de la haine, des clivages et des divisions. Lorsqu’il s’exprime en Occident, l’islamisme clive et vise à alimenter les courants d’extrême droite et les tenants de la xénophobie, mais aussi à s’alimenter de leur vision antidémocratique et haineuse. Refusons cette bipolarisation du débat, car l’islamisme s’épanouit aux côtés des autres pourvoyeurs de haine et en compagnie des champions du laxisme et du relativisme culturel ; NE PAS CÉDER AU CHANTAGE À "L’ISLAMOPHOBIE", UNE ESCROQUERIE INTELLECTUELLE QUI VISE À INSTAURER UNE SORTE DE DÉLIT DE BLASPHÈME DÉGUISÉ- Aux intellectuels de ne pas céder au chantage à « l’islamophobie », véritable escroquerie intellectuelle qui vise à anesthésier et à atrophier le débat, à interdire la critique d’idéologies ou de groupes extrémistes, voire d’une religion ou d’un dogme, et d’instaurer une sorte de délit de blasphème déguisé. Tout en luttant — auprès des organisations antiracistes — contre le racisme et les discriminations qui visent souvent des personnes de confession ou de culture musulmane, il convient de demeurer vigilant quant à l’instrumentalisation des combats antiracistes par d’obscurs groupuscules qui visent à empêcher la liberté d’expression et le droit au blasphème et qui, sciemment, se refusent de condamner les crimes abjects et surtout de nommer leurs auteurs : l’islamisme, le salafisme et/ou le salafisme djihadiste. Il n’est pas excessif de rappeler que la culture de la violence est consubstantielle à tous les courants de l’islam politique. À ce titre, il serait erroné et naïf de croire qu’il existerait des « islamistes modérés ». Lorsque ces derniers le sont en apparence, c’est pour obéir à de petites tactiques politiques conjoncturelles ; - À tous les Français, à toutes les personnes résidant sur le territoire de France et à tous les amis de la République, de continuer d’œuvrer tous ensemble contre la misogynie, le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’homophobie, de construire une France fraternelle, solidaire et rassemblée, malgré les différences, les divergences et les contradictions, autour du socle républicain qui doit transcender les clivages politiques et idéologiques et dépasser les identités singulières. Nous lançons cet appel, parce que l’islamisme a ruiné les pays d’origine d’un grand nombre d’entre nous, semant le plus souvent morts, larmes, tragédies et désolation. Souvent en raison – aussi – de la gabegie ou de la complicité passive ou active des pouvoirs en place et de certains gouvernements occidentaux qui choisissent la voie du laxisme ou celle du cynisme, comme ce fut le cas durant la décennie noire en Algérie.NOUS LANÇONS CET APPEL, PARCE QUE L’ISLAMISME A RUINÉ LES PAYS D’ORIGINE D’UN GRAND NOMBRE D’ENTRE NOUS Il suffit de voir, par ailleurs, l’état de déliquescence culturelle, sociale, politique, sécuritaire ou économique dans lequel se retrouvent les pays qui ont donné une place à l’islam politique, pour s’en convaincre. Nous poussons ce cri d’alerte parce que nous savons parfaitement – et mieux que quiconque - que le salafisme et les Frères musulmans, et plus largement tous les courants islamistes, sunnites et chiites, qui instrumentalisent l’islam à des fins politiques, sont un poison extrêmement nocif pour les sociétés et le vivre ensemble. Nous lançons ce signal d’alarme parce que nous refusons, à tout jamais, l’idée que la République puisse s’aventurer à prendre le risque de se retrouver déstabilisée et ébranlée, par l’hydre islamiste, devenu malheureusement un péril intérieur. Oui l’islam spirituel, lorsqu’il accepte de se soumettre aux lois et aux règles intangibles de la nation française, peut se fondre harmonieusement et s’exprimer sereinement et dignement dans la République. Mais nous affirmons très clairement que l’islamisme, ce totalitarisme, est un fléau qui nous menace tous sans exception. C’est pourquoi nous déclarons avec la plus grande gravité, qu’il est vital pour nous citoyens, pour la République, pour la France, que nous soyons lucides, responsables et vigilants à chaque instant ! * Premiers signataires : Mohamed Sifaoui, journaliste, président de l’association Onze janvier Zineb El Rhazoui, journaliste à Charlie Hebdo Boualem Sansal, écrivain Djemila Benhabib, journaliste, écrivain Fethi Benslama, universitaire et psychanalyste Nadia El Fani, cinéaste Hocine Drouiche, Dr en Droit musulman, imam et président du conseil des imams du Gard Chahla Chafiq, écrivaine, sociologue Hassan Chalghoumi, président de la conférence des imams de France Marieme Helie Lucas, représentante de Secularism is a women's issue Moulay Chentouf, Coordonnateur du Parti pour la laïcité et la démocratie en Algérie (PLD) Asma Guenifi, psychologue clinicienne et ex-présidente de Ni putes ni soumises Fazal Ur Rehman Afridi, président de l’Institut de recherches stratégiques de Khyber Fariba Hachtroudi, écrivaine, journaliste et présidente de l’association Mohsen Hachtroudi Imad Iddine Habib, fondateur du Conseil des ex-musulmans du Maroc Sihem Habchi, ex-présidente de l’association Ni putes ni soumises Dr Rafik Hassani, médecin Soukaïna Brahma, étudiante en géopolitique Walid El-Husseini, président du Conseil des ex-musulmans de France Feriel Belhassen, courtier en assurances Rezk Shehata, chef d’entreprise et président de l’association Laïcité pour tous Rosa Akif, diplômée en Sciences politiques Souhaïb Meddeb, conseil financier Assia Smaïl, militante associative Sam Touzani, humoriste Lynda Trabelsi, cadre de la fonction publique territoriale Karim Bey Smaïl, technicien en informatique Lynda Aït Hamoudi, étudiante en management de la qualité des organisations Dr Nazim Benhabib, chirurgien Meriam Russel, militante Femen Ziad Goudjil, conseiller régional Ile-de-France Zoulikha Berezel, co-présidente de l’association Shalom Paix Salam Fewzi Benhabib, universitaire Jamila Alla, conseillère en insertion Hassan Azadi, consultant en droit social Lalia Ducos - Helal, militante associative Tayeb Zahzah, opérateur économique Zohra Bitan, militante politique Atmane Tazaghart, écrivain, journaliste Zakia Bekhti, gérante de société Ahmed Megueni, chef d’entreprise Melek Ekim, étudiante en droit Malik Aït Aoudia, journaliste Nadia Remadna, médiatrice sociale, présidente de l’association Brigade des mères Aziz Sahiri, conseiller technique Dr Amel Tamzali, psychiatre Walid Khalifeh, militant démocrate kurde Lamine Madjoubi, entrepreneur Abderrahmane Merzouk, activiste saoudien opposé au wahhabisme, réfugié en France Abdelali Ragad, journaliste Adnane Trabelsi, chef d’entreprise Rachid Mohand Mestiri, journaliste Smaïn Roudène, chauffeur de direction Hamid Benichou Neil Tamzali, chef d’entreprise Lyes Hakem, chef d’entreprise Oussama Bouhas, étudiant Khaled Issa, juriste Menad Ahmed-Zaïd, collaborateur parlementaire Mustapha Harzoune, journaliste Rashid Saeed Yagoub, journaliste Mohand Bakir, journaliste Dr Yacine Hassani, médecin Moncef Ben Othmane, fonctionnaire Dr Mansour Abdelmalki Wissem Bourbia, directeur de fonds Youssef Tamzali, enseignant à l’école vétérinaire de Toulouse El Hachemi Souami, journaliste

14:13 Écrit par elhajthami | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook